• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Des livres, vraiment partout...

Des livres, vraiment partout... - Samuel Grace

Bien au chaud dans ma maison, j’écoutais le vent souffler. Nous avions acquis cette demeure à notre retraite, et ma conjointe avait apprécié le calme et l’isolement de notre nouvelle habitation. J’avais de nombreux objets d’art que j’aimais contempler, et nous avions vite rempli cet espace. Nous ne pensions pas que nous aurions autant de facilité à ce que les pièces soient si bien agencées et décorées. Un architecte avait entièrement refait l’intérieur, redistribuant les cloisons et l’espace de chaque lieu. Des tentures murales dans les tons beige et jaune avaient été mises en place. Pour finir, un menuisier avait fabriqué nos meubles de cuisine en chêne, et nos bibliothèques. Nous en avions plusieurs, dispersées entre le salon, la cuisine et la chambre. Même dans l’entrée, des tablettes supportaient quelques ouvrages. Lecteur insatiable, marié à une lectrice encore plus affamée de livres que moi, nous avions des livres qui traitaient de tous les sujets, et nous les avions regroupés en fonction des thèmes qu’ils abordaient.

Dans le salon, Voltaire, Diderot et Rousseau étaient présents avec des ouvrages comme Microméga, Le Paradoxe du Comédien et les Confessions. La Critique de la raison pure et le Projet de paix perpétuelle étant mes livres de philosophie préférés, je les possédais en plusieurs exemplaires. Les commentaires des différentes éditions étaient très enrichissants. Mon épouse possédait quelques ouvrages spirituels asiatiques, comme Les Fondements de la mystique tibétaine, ou la Bhagavad-Gita. J’avais une préférence pour les écrits de Teilhard de Chardin. Nous adorons, tous les deux, les œuvres d’Alberto Manguel qui sont, eux aussi, dans la bibliothèque du salon. Ma conjointe va dans une librairie, en ville, quand elle passe chez son spécialiste pour son soin à l’acide hyaluronique. Le libraire s’est fait une spécialité des romans policiers, anciens ou nouveaux.

C’est dans notre chambre que nous avons placé cette littérature. Je possède l’intégrale des Nestor Burma, tout Edgar Poe, quasiment la collection entière des livres de Lilian Jackson Braun et l’édition complète des aventures du célèbre détective de Conan Doyle, Sherlock Holmes. Ma femme préfère Jane Austen et Virginia Woolf, Stefan Zweig et Françoise Sagan. Nous avons même des livres dans la cuisine. L’improbable Dictionnaire de cuisine d’Alexandre Dumas est proche d’un ouvrage sur la cuisine à la préhistoire qui, lui-même, voisine les œuvres de François Couplan. Entourés de tous ces textes, nous aimons nous y référer, débattre des idées qu’ils véhiculent… En tout cas, avec eux, nous ne nous ennuyons jamais.

À propos de l’auteur :

author